Permis vélo : Tout ce que vous devez savoir

La France n’est peut-être pas le premier pays européen que l’on décrirait comme « favorable aux cyclistes », mais le Tour de France a contribué à faire du vélo un moyen de transport populaire. En effet, “permis vélo” est devenue une enquête souvent saisie dans les moteurs de recherche. Si vous êtes comme moi et que vous souhaitiez vous informer sur ce papier, vous êtes au bon endroit.

Permis Vélo : Lois françaises sur le cyclisme

Permis Vélo : Lois françaises sur le cyclisme

Voici quelques points que tout cycliste en France doit considérer pour circuler en toute sécurité :

  • Les feux avant et arrière doivent être utilisés et un gilet réfléchissant doit être porté en cas de mauvaise visibilité.
  • Veillez à arrêter complètement votre vélo à un panneau d’arrêt ou à un feu rouge pour éviter les amendes éventuelles.
  • À une intersection avec un panneau « cédez le passage », vous devez céder le passage aux autres véhicules.
  • Dans un rond-point, laissez toujours passer les véhicules venant de votre gauche.
  • Veillez à rouler sur une bande cyclable ou sur le côté droit de la chaussée.
  • Les cyclistes de plus de 8 ans ne doivent jamais rouler sur le trottoir.
  • Roulez toujours en file indienne lorsque vous êtes en groupe et jamais plus de deux de front.
  • Ne roulez jamais sur les autoroutes.

En France, il n’existe actuellement aucune loi sur le port du casque, mais il est conseillé d’en porter un pour rester en sécurité

Choix de l’itinéraire

Vous pouvez choisir parmi les nombreux circuits cyclistes disponibles ou créer votre propre itinéraire pour explorer la France . 

Les pistes cyclables en France sont généralement bien marquées. Les routes « D » (départementales) ont tendance à être plus petites et bien adaptées aux cyclistes, mais assurez-vous de regarder votre carte pour éviter tout trafic intense.

Manipulation des vélos

Les vélos peuvent être transportés gratuitement dans la plupart des trains en France. Dans certains cas, lorsque vous achetez votre billet, vous pouvez indiquer que vous souhaitez emporter votre vélo à bord. 

Si cette option n’est pas disponible, assurez-vous de faire savoir à un membre du personnel que vous avez un vélo avant de monter dans le train. Une autre solution consiste à acheter un sac à vélo, à retirer les roues et à transporter votre vélo comme bagage à main.

Sécurité des vélos

Les vols de vélos en France sont beaucoup moins fréquents que dans d’autres pays, mais vous devez toujours faire de votre mieux pour vous assurer que votre vélo est bien sécurisé. Vous pouvez également souscrire une assurance vélo.

Pour vous assurer que votre vélo est bien sécurisé, vous ne devez jamais l’attacher à quelque chose qui peut être facilement cassé ou enlevé et essayez d’éviter les zones isolées. Un bon antivol peut vous sauver la vie, alors n’hésitez pas à dépenser plus d’argent pour sécuriser votre vélo. 

Veillez toujours à verrouiller le cadre, ainsi que les roues avant et arrière, à l’objet auquel vous avez attaché votre vélo. 

L’enregistrement de votre vélo et l’obtention de la vignette d’enregistrement appropriée peuvent également réduire le risque de vol

Le vélo à Paris

Paris est équipé du système Vélib, le plus grand système de vélo en libre-service au monde, qui existe depuis 2007. Avec plus de 20 000 vélos disponibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 dans toute la ville, il offre une alternative unique pour explorer la ville. Pour plus d’inspiration, consultez les meilleurs itinéraires cyclables de Paris.

Et n’oubliez pas de vous équiper et de rester en sécurité !

Guide pour obtenir votre permis velo 

L’obtention de votre permis vélo peut être une perspective déroutante et intimidante.

Il y a beaucoup de choses à penser et à considérer et, quand vous ajoutez à cela le besoin supplémentaire de matériel et d’équipement de conduite, beaucoup de gens abandonnent souvent avant même d’avoir commencé.

Ici, nous aimons le vélo et nous croyons vraiment que c’est l’une des plus grandes choses qu’une personne peut faire … Donc, voici notre guide infaillible, jamais renoncer à obtenir vous-même un permis de velo.

Étape 1 : Décidez du type de vélo que vous voulez (ou pouvez) conduire

En règle générale, vous pouvez passer un examen pour conduire à peu près toutes les tailles de vélos que vous voulez.

Ce n’est peut-être pas ce que vous recherchez, ou ce dont vous avez besoin… Prenez donc le temps de réfléchir à ce que vous attendez d’un vélo et à l’usage que vous en ferez.

Il se peut que vous n’ayez besoin d’un vélo que pour parcourir les quelques kilomètres qui vous séparent de la ville et de la gare pour vos déplacements quotidiens, et si c’est le cas, avez-vous vraiment besoin de savoir comment choisir ses pistes cyclables ?

Vous connaissez le vieux dicton « choisir ses cours » ? Il s’applique également aux vélos !

Étape 2 : Obtenez une formation de qualité (stage cycliste)

Étape 2 : Obtenez une formation de qualité (stage cycliste)

Bien sûr, nous sommes obligés de le dire, mais on ne saurait trop insister sur la valeur d’une formation de qualité. Que vous souhaitiez simplement conduire un VTT en ville ou une VTC pour les journées de course, il existe de nombreuses écoles de qualité qui peuvent vous apprendre à manier une moto correctement.

Pourquoi payer pour une école d’équitation est-elle importante ? C’est simple… En obtenant votre formation d’un instructeur qualifié vous pouvez être sûr que 

a) vous allez être aussi sûr que possible sur la route en apprenant la meilleure façon de conduire, mais aussi 

b) vous serez enseigné par quelqu’un dont le travail est de faire passer les gens par leurs examens de conduite de moto, donc non seulement ils vont vous apprendre à conduire, ils vont vous apprendre à passer ! Et cela peut potentiellement vous faire économiser des centaines de livres à long terme.

Étape 3 : Formation de base obligatoire

Même si vous ne cherchez qu’à parcourir quelques kilomètres en ville, vous devrez suivre une session de formation de base obligatoire d’une journée avant d’être autorisé à rouler sur une route.

Il s’agit d’une simple demi-journée d’apprentissage du contrôle, de la direction et des freins sur un morceau de goudron fermé, suivie de quelques heures de conduite. À la fin de la journée, si le moniteur estime que vous êtes sûr et capable, vous recevrez un certificat valable deux ans. 

Étape 4 : Les tests théoriques et de perception des dangers

Il existe littéralement des centaines d’applications et de sites Web qui vous montrent le type de questions qui vous seront posées lors de vos examens théoriques de conduite. 

Vous pouvez vous attendre à avoir appris les bases de la signalisation routière et de la sécurité telles qu’elles sont présentées dans le Code de la route, vous savez donc que vous roulez dans une zone de 20 km/hou que vous devez avoir des feux de freinage en état de marche, etc, mais vous serez également testé sur votre capacité à repérer les problèmes sur la route… C’est l’épreuve de perception des dangers.

Pour ce test, vous serez assis devant un écran d’ordinateur qui vous montrera quelques clips vidéo, et vous devrez cliquer sur le bouton de la souris à chaque fois que vous verrez ce qui pourrait constituer un danger pour votre conduite. 

Voyez cela comme un jeu vidéo au rythme très lent, mais ne soyez pas trop impatient ; ne cliquez que lorsque vous voyez un danger potentiel dans la vidéo, puis à nouveau lorsque ce danger potentiel se transforme en danger réel.

Que devons-nous faire pour que les gens fassent du vélo en toute sécurité ?

Ce qui dissuade de nombreuses personnes de faire du vélo, c’est la sécurité. Le taux d’accidents des cyclistes est toujours considérablement plus élevé que celui des automobilistes, par exemple (bien que le taux d’accidents des motos soit encore pire). C’est pourquoi l’existence d’infrastructures cyclables sûres, notamment de pistes cyclables séparées, est une condition préalable importante à l’utilisation du vélo.

Les villes doivent de toute urgence créer de réseaux cyclables sûrs ou libérer complètement certaines rues pour les seuls cyclistes et piétons. Une étude allemande récente utilisant des compteurs de vélos dans 106 villes européennes a montré que les 20 villes qui avaient considérablement augmenté leur réseau cyclable (en moyenne de 11,5 km) pendant la pandémie de COVID-19 ont vu une augmentation du nombre de cyclistes de 11 à 40 % par rapport à celles qui ne l’avaient pas fait. 

La mise en place d’une bande cyclable sûre et séparée dans chaque rue pourrait prévenir 250 décès prématurés par an dans une ville, en raison de l’augmentation de l’activité physique. De nombreuses études ont montré que les bienfaits de l’activité physique l’emportent largement sur tout risque lié aux accidents ou à l’inhalation d’une plus grande quantité de pollution atmosphérique .

Bien que les réseaux cyclables urbains se soient considérablement développés ces dernières années, les cyclistes ont toujours l’impression d’être des usagers de la route de seconde zone. Trop souvent, l’emplacement des pistes cyclables semble avoir été pensé après coup. Les cyclistes doivent souvent faire des manœuvres étranges pour se déplacer. Dans certains cas, les pistes cyclables se terminent brusquement, laissant les cyclistes au milieu d’un trafic motorisé intense.

Que devons-nous faire pour que les gens fassent du vélo en toute sécurité ?

De nombreuses villes sont confrontées à l’afflux de trafic motorisé privé provenant d’autres endroits de la zone métropolitaine. Les villes ont un besoin urgent de transports publics plus nombreux et de meilleure qualité, mais aussi d’autoroutes cyclables pour encourager l’utilisation du vélo. Les déplacements domicile-travail sur de longues distances sont désormais possibles grâce aux vélos électriques comme ceux que l’on voit aux Pays-Bas et en Belgique.

La réduction de la vitesse des voitures à un maximum de 30 km/h contribuera à réduire les accidents

Une collision entre une voiture et un cycliste ou un piéton à 30 km/h est beaucoup moins susceptible d’entraîner la mort qu’une collision à 50 km/h, par exemple.

Cependant, nous avons besoin d’une nouvelle législation comme celle des Pays-Bas, où, lorsqu’une bicyclette et une voiture entrent en collision, c’est toujours la faute du conducteur. Cela incite à une conduite prudente. En outre, les enfants devraient être informés à l’école de leur droit d’utiliser les routes et de la manière de le faire correctement. Les routes sont des espaces publics que nous devons tous utiliser et apprécier, et pas seulement les automobilistes.

Nous devons modifier la pyramide de planification des villes denses. Nous devrions d’abord planifier la marche, puis le vélo, puis les transports publics et enfin le trafic motorisé privé, plutôt que l’inverse, comme cela semble être le cas actuellement. Plaçons une mobilité saine et durable au sommet de la pyramide.

Nous devons modifier la pyramide de planification des villes denses. Nous devrions d’abord planifier la marche, puis le vélo, puis les transports publics et enfin le trafic motorisé privé, plutôt que l’inverse, comme cela semble être le cas actuellement.

Permis vélo – Foire Aux Questions (FAQ)

Le port du casque est-il obligatoire pour faire du vélo en France ? Meme pour la cycliste fillette ?

En France, le port du casque n’est obligatoire que pour les enfants de moins de 12 ans. Cela les concerne s’ils sont à vélo ou s’ils sont passagers. Une amende de 90 € est prévue. Le guide officiel du gouvernement recommande le port du casque pour les adultes, mais ce n’est pas une obligation légale.

REMARQUE : il est illégal de faire du vélo ou de conduire une voiture en utilisant des écouteurs ou des casques.

Puis-je conduire une moto en France avec un CBT ?

Non. Le CBT ne vous donne le droit d’apprendre à conduire une moto que dans le pays où le cours CBT a été suivi. Pour conduire une moto en Europe, vous devez passer un examen complet.

Puis-je conduire une 125 en France ?

La plupart des pays européens reconnaissent une catégorie distincte de motos légères avec un moteur de 125 cm3 et un âge minimum de 16 ans. Toutefois, au Danemark, en Autriche, en Suisse, en Belgique et en Grèce, cet âge minimum est de 18 ans. L’Italie, la France, la Belgique, l’Allemagne et l’Autriche autorisent l’utilisation d’une moto de 125 cm3 avec un simple permis de conduire.

Peut-on conduire un scooter en France ?

Vous pouvez conduire un scooter de moins de 50 cm3 dès l’âge de 14 ans, à condition d’avoir un permis AM. Si vous êtes né avant 1988, vous n’avez même pas besoin d’un permis de conduire pour conduire un scooter. Pour un deux-roues de 125cc d’une puissance de 11kW, l’âge minimum est de 16 ans.2

Faut-il un permis pour conduire un cyclomoteur en France ?

Vous n’avez pas besoin d’un permis moto pour conduire un cyclomoteur ou un scooter de 50 cm3. La France, comme de nombreux autres pays européens, a pris cette décision en partie pour décongestionner les zones urbaines denses.

Tout Pour votre mobilité
Logo
Enable registration in settings - general