Le canal de Nantes à Brest à vélo : Une bonne idée pour vos vacances au cœur de la Bretagne

Envie de passer de paisibles vacances à vélo en France le long d’une belle voie d’eau ?

Avez-vous entendu parler de la piste “Le canal de Nantes à Brest à vélo” ?

La nature est omniprésente et les paysages changent constamment, des marais plats à l’est aux hauteurs granitiques du centre et à la luxuriante vallée de l’Aulne en passant par le Finistère à l’ouest. L’ensemble de ces activités permet de découvrir les paysages, l’histoire et la culture de la Bretagne.

Le canal de Nantes à Brest à vélo : Tout ce que vous devez savoir

Le canal de Nantes à Brest à vélo : Tout ce que vous devez savoir

Le canal commence à Nantes, avec une écluse (pas la première d’origine) sur la Loire. A partir de là, l’Erdre, qui coule librement, se dirige vers le nord sans chemin de halage (sauf sur de courtes distances dans la ville), de sorte que la plupart des marcheurs et des cyclistes commencent à Quiheix, à l’écluse 2, où le canal proprement dit quitte cette rivière pour commencer son voyage vers l’ouest. 

Il est possible d’y aller à vélo depuis Nantes, en empruntant la D69 via Sucé-sur-Erdre, et en tournant à droite vers le canal juste avant la jonction avec la D26

Il existe une station VTT au Rond-Point, Lac de Guerlédan, au cœur de la Bretagne, avec location de vélos et informations sur les nombreux circuits de la région. L’office du tourisme de Mur-de-Bretagne, près du lac, dispose de cartes cyclistes. 

Il est préférable pour les cyclistes de faire le tour du lac par la route nord

À l’extrémité ouest, le canal se termine à Guily Glas , juste après la ville de Chateaulin. Brest, en Bretagne, est encore à près de 40 km, et la grande rivière Aulne ne va pas jusqu’au bout, dégorgeant dans la Rade de Brest à Landévennec, mais sans chemins riverains pour les cyclistes. 

Pour rejoindre Brest, il faut emprunter un itinéraire compliqué et peu attrayant de routes principales et secondaires, car il faut éviter la voie rapide (N165). Une bien meilleure idée est de prendre un train de Châteaulin à Brest, puis de s’asseoir sur le Cours Dajot, une promenade panoramique également construite par les prisonniers de la prison, et de s’émerveiller à la vue de la Rade de Brest, la plus grande rade d’Europe.

Il existe de nombreux itinéraires cyclables circulaires qui partent de points situés le long du canal et qui sont détaillés dans les communes et les offices de tourisme locaux le long du parcours. 

Le canal aujourd’hui : Le chemin de halage à vélo – Circuit découverte du canal

La France a la chance de disposer d’un merveilleux réseau de canaux et, Dieu merci, la plupart d’entre eux ont vu leurs chemins de halage transformés en pistes cyclables, ce qui en fait des endroits merveilleux, sûrs et adaptés aux enfants pour des vacances à vélo. 

Ne nous y trompons pas : le canal de Nantes à Brest à vélo est sans conteste le plus beau et le plus varié de tous. Une prouesse d’ingénierie bien au-delà des autres canaux, 385 km de long, 555 m de dénivelé et 238 écluses, ces seuls chiffres vous donnent une idée de ce qui le rend spécial. Pour le mettre en perspective, le plus célèbre canal du Midi ne fait que 240 km, 189 m de dénivelé et seulement 60 écluses.

Un peu d’histoire

Au début du 19e siècle, « Britannia régnait sur les vagues » et Napoléon avait besoin de pouvoir transporter des marchandises lourdes sans avoir recours au cabotage. Il voulait également « dompter » les terres sauvages du centre de la Bretagne. L’idée d’un canal reliant le plus grand port naval de France (Brest) à la ville située au bout de la Loire, et donc au centre de la France, semblait ambitieuse, mais la puissance du mécénat de Napoléon a fait passer le projet, les travaux ont commencé.

Il est relativement facile de creuser un canal à travers des terres plates, mais le canal Nantes-Brest doit franchir les collines du centre de la Bretagne. Cependant, la nature aida un peu car les ingénieurs suivirent autant que possible les rivières existantes. Par exemple, le premier tronçon de Nantes à Redon et au-delà suivait la Villaine et était navigable dès la fin du XVIe siècle. 

Couper plus loin dans les terres a demandé plus d’efforts, mais la jonction de 8 rivières, d’énormes coupures comme celle autour de Glomel et certaines des écluses les plus profondes de France (par exemple la double écluse de Coat Natous) ont rendu tout cela possible. 

Le point culminant de Glomel était l’emplacement du lac d’alimentation du canal et contribue encore aujourd’hui à maintenir les niveaux d’eau.

Finalement ouvert en 1842, ce magnifique canal n’a pas été sans problèmes. Le pire étant peut-être que le canal a été creusé en grande partie par des prisonniers, dont beaucoup d’Espagnols, on dit qu’il y a eu un mort pour chaque kilomètre du canal. 

D’un point de vue technique, le plus grand effort a toujours été de fournir suffisamment d’eau à partir du lac d’alimentation de Glomel pour faire fonctionner les séries d’écluses qui descendent du point le plus haut, ce qui a nécessité une excellente gestion de l’eau et le maintien des écluses en excellent état – sans fuite.

Barge de canal sur le canal de Nantes à Brest

Les premières années

Le canal a trouvé sa principale utilisation dans le transport de la chaux depuis la région de la Loire, plutôt que dans les expéditions militaires. Les sols bretons, en grande partie acides (à base de granit et de schiste), avaient besoin de chaux pour faire pousser des cultures, notamment des légumes. 

Les gens le long du canal savaient quand une péniche était attendue et étaient là pour la collecter et la charger au retour de légumes et d’autres marchandises comme le bois provenant des vastes forêts du centre de la Bretagne.

C’était un travail difficile, les bateliers n’étaient pas riches et peu d’entre eux pouvaient s’offrir un cheval pour le voyage. L’alternative était la traction humaine, une bande de tissu autour de la taille et des heures et des heures de travail pénible sur le chemin de halage. C’est difficile à imaginer aujourd’hui, mais il y a 150 ans, les gens usaient complètement une nouvelle paire de sabots en un seul voyage. 

Pour ceux qui utilisaient des chevaux, il était courant d’avoir un attelage de deux personnes, l’une se reposant sur la péniche pendant que l’autre tirait la charge.

L’arrivée de la vapeur

Le canal de Nantes à Brest à vélo est l’un des tout derniers achevés en France et son ouverture coïncide presque exactement avec les premiers trains à vapeur en France. Avec le recul, il est facile de voir qu’à partir de ce moment, le canal était en difficulté en tant que voie navigable commerciale. 

À la fin du 19e siècle, les chemins de fer transportaient une grande partie de l’ancien trafic du canal, en particulier les marchandises périssables de Bretagne telles que les légumes, dont le commerce a complètement disparu. Au fil du temps, les trains puis les camions ont augmenté leur capacité au point que seuls les produits très lourds et de faible valeur comme le sable étaient viables, la fin était en vue.

L’arrivée de la vapeur et du moteur à combustion interne a également sonné le glas des chevaux, les péniches motorisées étant beaucoup plus rapides et moins chères à exploiter. Elles ont aussi l’avantage majeur de pouvoir pénétrer dans le Raid-de-Brest et l’embouchure de la Loire en eau plus libre, mais cela peut être dangereux en période de crue et de tempête car les péniches ne sont pas adaptées aux risques encourus.

Le « découpage » du canal

L’importance, tant stratégique qu’économique, ayant largement disparu, la proposition de bloquer le canal presque exactement à mi-parcours en construisant un énorme barrage hydroélectrique à Mur-de-Bretagne a été mise en œuvre et a donné naissance au lac de Guerledan, long de 10 km, que nous voyons aujourd’hui. 

À l’époque de sa construction, un ascenseur à barges sur la face du barrage avait été promis (et figurait dans le contrat) mais n’a jamais été construit. Le résultat était inévitable – le canal Ouest au-delà du lac serait isolé et finirait par mourir.

A l’est, la situation était plus heureuse, et le canal est resté en service bien plus longtemps. De Nantes à Pontivy, au début des années 60, les dernières péniches commerciales se sont arrêtées au moment même où les premiers loisirs ont commencé à utiliser le canal. La section allant de Pontivy au lac de Guerledan fut cependant abandonnée à tous, sauf à la faune.

Le canal aujourd’hui

Le canal aujourd'hui

Aujourd’hui, le canal est navigable de Nantes jusqu’à Pontivy, et les travaux de remise en service de la section Pontivy, Lac de Guerledan progressent. A l’autre extrémité, le canal a été entretenu et de plus en plus restauré, de sorte qu’il est maintenant possible de naviguer depuis l’aval de Chatelaulin (sortie du Raid de Brest) jusqu’à l’aval de Carhaix.

Le point sensible a longtemps été la section entre le lac de Guerledan et le port de Carhaix. Alors que le reste du canal était sous les auspices de la région Bretagne, ce court tronçon relevait du département des Côtes d’Armor, et pour un département pauvre, qui considère que le tourisme est surtout important pour la côte, il était difficile de justifier l’investissement.

A un moment donné dans un avenir proche, la responsabilité de cette partie passera à la région et les Côtes d’Armor ont généreusement commencé à travailler pour réparer autant que possible le canal. Des travaux sont déjà en cours pour rouvrir la section centrale au trafic motorisé. En 2018, la section du lac de Guerledan à Gouarec était rouverte et les travaux progressaient pour ouvrir le canal jusqu’à la chapelle de la Pitié (17 km) au cours des deux années précédentes. 

Ceci est important car de toutes les sections du canal en centre Bretagne, celle-ci est probablement la plus belle et la plus adaptée au tourisme. Du lac à Brest, très peu de villages d’importance se trouvent à cheval sur le canal, mais sur cette section se trouve le complexe de l’Abbaye de Bon Repos avec ses bâtiments historiques, ses restaurants, ses bars et son marché, et juste 3 km plus loin, le joyau du canal qu’est Gouarec. 

Situé à cheval sur le canal, Gouarec possède l’un des plus beaux centres de Bretagne, avec son marché couvert, ses restaurants, ses bars, ses magasins, ses banques et l’un des plus beaux campings de Bretagne.

Le vélo et le chemin de halage

L’histoire du canal en ce qui concerne la circulation des bateaux a été mitigée, mais l’utilisation du canal par les cyclistes de loisir a connu une augmentation constante depuis les années 1960, à tel point qu’en tant que route cyclable, il rivalise maintenant avec des routes cyclables bien plus connues comme le Canal du Midi et la Loire, et ce à juste titre. 

Le revêtement est bon, il s’agit principalement d’une piste en cendres qui ne souffre pas des fissures et des nids de poule causés par les arbres, ce qui nuit aux efforts bien intentionnés de certaines régions pour faire des pistes cyclables en goudron… 

Le canal de Nantes à Brest à vélo

Comme nous l’avons déjà noté, le canal a des dénivelés beaucoup plus importants que les autres canaux français et est combiné avec la canalisation de nombreuses rivières. Le résultat est que, contrairement à de nombreux canaux où les 10 premiers kilomètres ressemblent beaucoup aux 200 suivants, le canal de Nantes à Brest à vélo présente une variété étonnante et vous ne savez jamais vraiment ce qui vous attend au prochain virage.

Depuis les riches régions situées après la tête de la Loire à Nantes, le canal traverse des villes animées comme Redon, Josselin (avec son magnifique château et son centre médiéval) et le centre napoléonien de Pontivy. Cette première moitié du canal est magnifique et vous traversez des villes plus petites comme Maelestoit et Rohan. 

La campagne est généralement ouverte (pour la Bretagne) avec la traditionnelle allée d’arbres, et elle ressemble à certains des plus beaux canaux de France, bien qu’il y ait toujours quelque chose de rude dans le granit des bâtiments et des bassins d’écluses eux-mêmes. 

Dans toutes les villes mentionnées ci-dessus, vous trouverez des campings directement sur le canal et de petits hôtels et/ou des chambres d’hôtes largement disponibles

L’endroit où le caractère du canal change fondamentalement est à la pause au Lac de Guerledan. Au lac même, le chemin de halage est inondé, alors à la place, pour un court tronçon de 10 km, vous vous retrouvez sur la piste cyclable V6 (qui fait partie de la Vélodyssée/Eurovélo), puis vous redescendez sur le canal à Bon Repos.

Bon Repos est un endroit magnifique à explorer avec son abbaye en ruine, ses restaurants et ses bars au bord du canal, mais la tentation est grande de continuer sur 3 km jusqu’au village de Gouarec qui est vraiment un joyau sur le canal. Le camping est situé sur la rive du canal et le village lui-même l’enjambe, avec des restaurants, des magasins, etc. à moins de 100 m de la piste cyclable. 

Cette petite oasis est le dernier arrêt avant que le canal ne s’enfonce dans la campagne en montant vers le point culminant près de Glomel. Cette section est pratiquement dépourvue d’habitation et d’une beauté saisissante, car elle serpente le long de l’ancien chemin de la rivière Dore. 

De plus en plus accidenté, il commence à ressembler à de la lande par endroits avant de plonger dans d’épaisses forêts, la coupe spectaculaire de Glomel et le refuge pour les oiseaux dans les différents lacs que l’on trouve lorsque le canal s’élargit vers le sommet.

Le village de Glomel se trouve à 2 km du canal et vous ne verrez donc que quelques écluses (mais une descente de 18 écluses !) pendant 40 km avant d’atteindre Port de Carhaix. 

Ce port, autrefois très fréquenté sur le canal, est pratiquement abandonné. Carhaix et son excellent camping se trouvent à 3 km (et en haut de la colline), la tentation est grande de continuer… mais contrairement à la section Est, vous êtes maintenant en pleine nature. Vous ne verrez qu’occasionnellement des cyclistes et des promeneurs, sinon, vous vous trouvez vraiment dans le paysage le plus paisible et le plus sauvage qui soit, où le bruit de votre roue libre et le cri des oiseaux sont les seuls à troubler la paix.

A partir de là, le reste du canal suit un schéma familier. Un paysage sauvage et peu « civilisé », bien sûr, c’est merveilleux, mais vous ne pouvez pas compter trouver de la nourriture ou autre chose sans faire des détours par le canal, alors soyez prêts. 

Après 30 km, vous atteignez Chateauneuf-de-Faou – là encore, la ville et les magasins se trouvent sur une grande colline depuis le canal, mais le camping se trouve en bas. Il semble beaucoup plus court sur la carte mais le canal suit maintenant le chemin de l’ancienne rivière et, à l’approche de la côte, il fait des méandres ridicules, de sorte que les 15 km (à vol d’oiseau) jusqu’à Chateaulin prennent 45 km sur le canal depuis Chateauneuf-du-Fou !

Mais le trajet en vaut la peine, car Chateaulin est situé au bord du canal, c’est une ville animée et on y trouve d’excellents hôtels et campings. C’est la dernière étape avant de continuer les derniers kilomètres vers la côte et la Rade-de-Brest.

Le canal de Nantes à Brest à vélo – Foire Aux Questions (FAQ)

Le canal de Nantes à Brest est-il navigable ?

Sillonnant le nord de la France sur plus de 350 kilomètres, le canal de Nantes à Brest transforme le réseau fluvial naturel qui relie les deux villes en un plan d’eau navigable.

Sur quelle rivière se trouve Brest en France ?

Elle se trouve sur la rivière Penfeld.

Quelle est la réputation de Brest en France ?

Aujourd’hui, Brest est surtout connue pour abriter la deuxième plus grande base navale de France. Brest abrite l’un des plus grands aquariums d’Europe, le parc de découverte des océans Oceanopolis.

Le canal de Nantes à Brest à vélo est-il difficile d’accès ?

Non, sauf quelques points mentionnés ci-dessus.

Tout Pour votre mobilité
Logo
Enable registration in settings - general